Le Jardin d’Essai,
est une des curiosités d’Alger

le jardin vue générale

Les Algérois et le Jardin d’Essai

Les Algérois, connaissent et apprécient le jardin qui a vu leurs ébats d’ enfants ; où adolescents, ils sont venus rêver, échanger des confidences; où adultes, ils reviennent goûter le calme reposant des ombrages, accompagner leur jeune famille, puis, grand-pères, y revivre leurs souvenirs. Les autres, plus rares, mais dispersés au hasard des carrières, savent qu’ il est un véritable musée de la plante, ils sont venus étudiants reconnaître les caractères d’espèces rares dont l’ habitat va des pays tempérés aux zones tropicales des cinq parties du monde.

Ce Jardin ne manquera pas
d’ impressionner les visiteurs.

Le touriste le plus vagabond est étonné par sa flore tropicale, le jeu incomparable des couleurs où les verts les plus nuancés viennent s’ harmoniser avec les bleus du ciel et de la mer, où les parfums se mêlent aux coloris des floraisons qui s’échelonnent tout au cours des quatre saisons en un perpétuel printemps.

Sa renommée dépasse largement le cadre de l’Algérie : outre les touristes, que déversent chaque année au printemps les grands transatlantiques, internationaux qui font escale à Alger, les Botanistes du monde entier y reviennent volontiers se documenter. Un parc qui a l’époque prend par son importance le 4e ou 5e rang parmi les grands parcs internationaux du même genre. Il fallait faire plus : enrichir les collections ; reprendre les essais d’acclimatations, donner au public de nouvelles raisons de fréquenter ses ombrages, aux étudiants, plus qu’à leurs devanciers, matières à s’instruire, aux floriculteurs, de nouvelles espèces et variétés. A son insu le voyageur arrivant par la mer découvre le vaste espace de verdure sombre qui s’intercalant entre les quartiers du Ruisseau et de Mustapha, tranchet rop violemment sur les tonalités claires ou azurées pour ne pas attirer les regards.

Rechercher
Le Jardin, autrefois
Allez plus loin